vendredi 25 avril 2008

Hazard County Girls : Divine Armour


Une sorte de grunge gothique. Ou de version doom de L7, plus portée sur les émotions vaporeuses... Bon, ok, ça ressemble à Hole. Mais Hole qui n'essaierait pas de nous vendre ses filets de limande (vous avez remarqué, j'aurais pu dire morue, je l'ai pas fait). Ou encore des Babes in Toyland poétiques. Je m'efforce souvent de refréner ma propension à définir un groupe par d'autres, ce n'est pas l'occasion de le faire : oui, la sérénade que nous jouent les HCG n'a aucune originalité de forme, elle tisse des motifs bien balisés. Toute la personnalité indispensable de cette bande tient à un climat enivrant, un parfum de filles paumées et ébréchées, rustaudes et lunaires, de gothique campagnard, de virée nocturne dans les bois avec la décapotable grinçante de daddy, des visions des étoiles entre les branches qui défilent, le ronflement du moteur de la guimbarde dans le murmure pressant de la forêt, le frôlement du vent dans les cheveux qui se délient comme les langues plus tard, autour d'une caisse de bières qui ne réchauffent rien, et dont on éteindra avec des rodomontades éméchées et des obscénités un peu forcées les braises de ses lubies et ses blessures de fille sensible voire un peu trop rêveuse pour ce bled de chemises à carreaux et de banquettes arrière à la sauvette.
Je sais pas vous, moi je chavire.

Aucun commentaire: