samedi 7 juin 2008

Roisin Murphy : Overpowered


Atroce. Cette envie de me remettre à gober, à enchaîner les panachés dans le Marais jusqu'à deux heures, avant d'aller passer aux vodka-perrier au Gibus, et déployer mon envergure à la taille de l'univers sur la piste, y plonger et y danser comme un comprimé effervescent, exulter sans fin jusqu'au bout de chaque doigt au milieu du langoureux tressautement général, et pourquoi pas envisager de serrer, au moins d'un peu plus près, la petite blonde qui pète le feu et un sourire confondant, là-bas ... Où sont mes 23ans ...
Roisin Murphy est anglaise, aussi anglaise qu'Annie Lennox et que les Basement Jaxx, aussi anglaise que le UK garage - si vous vous acharnez à chercher où finit la soul et où commence la new-wave, comment on passe du disco au two-step, du garage à la pop, si vous ne savez pas dans votre pelvis que les Anglais sont les empereurs de la dance culture, les seuls capables d'envoyer une musique aussi pop-catchy et aussi club-smart à la fois, si vous ne savez pas ce qu'est un anthem ... Laissez tomber. L'élégance de s'apprend pas.

2 commentaires:

JJ L'Amoroso a dit…

et bien ça m'intrigue fortement tout ça... tu cites Annie Lennox en même temps - difficile de résister à la tentation.

Jean-Jean a dit…

bon, j'ai écouté quelques extraits pour l'instant; une Annie Lennox moins blackie et plus speed qui abuse peut être un peu trop de la reverb, mais ça promet des nuits blanches