samedi 9 août 2008

Danzig IV : Vorschau


Bien sûr, cet album est bon. Il est de moi, après tout. Les chiens ne font pas des chats - quelle expression à la con ; les loups deviennent des chiens, pourtant. J'étais si seul. Aux abois, si je puis me permettre. L'ivresse d'avoir été exalté entre tous les hommes passée, ça peut être assez perturbant, d'être initié ; savoir comment tuent - et aiment - les dieux. "And the pain you're feeling now is nothing compared to the pleasures I hide", ouais ouais, tout ça, sur le papier, à entonner en choeur au premier rang de mes messes, ça en jette, mais vous pouvez me croire que ça réserve des suées. Je me sentais suivi, dans la rue, dans la nuit ; mais n'avais-je pas promis mon âme à quelqu'un ? Pouvais-je vraiment me faire croire que je l'avais oublié, pouvais-je vraiment connaître la moindre ivresse compatissante, dans aucune grandeur et toute-puissance ?
J'ai tenté de fuir. Je me suis habillé, épilé, coiffé, maquillé, j'ai fait des pirouettes, des œillades de velours, des roucoulements, j'ai fait dans le patelin et dans le gimmick servile, j'ai soyeusement beuglé "I don't mind the pain" devant la compagnie des hommes - je parle des civilisés, des avortons, des châtrés, des agneaux du seigneur, ô comme je désirais faire partie à nouveau du troupeau - j'ai fait le roué, j'ai joué de leur veule appétit de soumis pour le picaresque sulfureux, avec une truffe de bon toutou je leur jetai des bribes délavées du monde de l'esprit, du monde où la chair pantelante se joue, et ils étaient aux anges, et ils battaient des mains, oh comme ils a-do-raient positivement, frissonner quand je leur psalmodiais avec des tremolos théâtraux des lambeaux d'incantations, ou que je leurs surjouais pour la énième fois des larmes dont ils ne sauraient connaître la brûlure vraie sans en être balayés comme feuilles ; j'ai même geint comme une femelle impuissante, vaincu, des "Let it be Captured" brisés.
Complaisamment, aimablement, j'ai joué le Glen Angel, et comme le fol que j'étais fui ce Glen Favourite qui me faisait horreur...
(à suivre)

Aucun commentaire: