lundi 22 septembre 2008

Distorted Pony : instant winner


Noise-rock pluvieux, voire diluvien, pas un temps à foutre le nez dehors. Mais un pathos doux-amer entend bien nous y pousser, contre vents et marées. Sortir prendre la pluie, oui, pas pour aller à la cueillette aux champignons, non, ni pour sautiller sur les flaques en marmonnant des comptines à la gloire des grenouilles et des escargots, plutôt pour vérifier si le fond de l'eau est frais, voir la couleur que prend la flotte sur l'asphalte grisonnant, sentir les gouttes ruisseler sur sa nuque et son cuir chevelu, éprouver la violence de l'averse nous fouetter le buste, suffoquer, se noyer, sentir le froid extérieur nous mordre et le sang brûlant couler dans nos veines, frissonner, se sentir vivre. Pas de drogues pour celui-là, Instant winner a ce quelque chose d'enragé et de désespérément lucide, une remontée en surface après le grand plongeon, une douche froide dans toute sa splendeur.

2 commentaires:

DMDFC a dit…

J'ai un poster unsane/distorted pony. Voila . "c'était vraiment très interessant".

Le Moignon a dit…

Il n'est pas encore trop tard pour justifier ta deuxième moitié de poster. File m'écouter ça, garnement