vendredi 26 septembre 2008

Incantation : Diabolical Conquest


Non, tous les bons Incantation n'ont pas le son de casserole à bouillir du titan, de ceux aux pochettes noir et violet. Celui qui nous occupe a un son de fournaise. Si gras il y a, ce n'est pas celui de la mousse dantesque qui prolifère dans tous les recoins de quelque grotte mal famée, c'est la graisse brûlée qu'on hume ici, celle qui grésille en dégouttant sur les brandons. Cet album est douloureusement sec, aride, âcre, il se déverse à pleins tombereaux de cendre brûlante. Parlez-moi donc encore d'Under the Sign of Hell, qu'on rie un peu.

Aucun commentaire: