mardi 23 septembre 2008

Incantation : Onward to Golgotha


Tu apprécies ton death metal cyclopéennement evil, tu aimes les volcans de boue et les pandemonium colossaux avec des biscottos qui font comme des sacs de melon sous le cuir avarié, et pas d'yeux. Tu aimes bien Immolation, mais tu dois avouer que parfois le côté tout droit sorti du toilettage pour le concours de pedigree te pèse un chouïa. Oublie Immolation. Incantation leur a tout appris - tout ? ah, si seulement ... Las, Immolation a dû écouter un peu trop de mathcore, et beaucoup trop son prof de batterie, maudit soit-il ! ce qui trouves-tu a le don de gâter la subtile saveur ennemie du soleil qu'ils ne sont pas loin d'avoir. Tu ne courras pas ce risque avec Incantation, leur son de sanglier putrescent tient plus d'un Autopsy atteint de tetsuisme que d'un Morbid Angel qui a trop forcé sur ses séances de fitness, et si le batteur d'Immolation en fout partout, celui d'Incantation n'en fout qu'à un endroit : droit devant, dans ton museau de faible pourceau. Le blast, c'est fait pour bourrer, nom de d'là. Sinon, faites comme Slipknot, embauchez du percussionniste.
Je suis injuste, il y a aussi du bon gros passage doom qui escagasse, comme seuls les pépés du death savent en faire. Je n'oserais pas invoquer le nom d'Autopsy en vain, tu penses bien ...

1 commentaire:

Ø a dit…

Ça avoine sévère c'machin, thx SOUM :D