mardi 30 septembre 2008

Punish Yourself : sexplosive locomotive


Punish sur cet album, malgé la haute dose de rave-metal hi-nrg qui dénote l'écoute abusive de Cubanate, fait un peu la même chose que Revolting Cocks depuis deux albums (enfin, ça fera deux en février), à savoir une baraque à frites qui maximise son potentiel taches de gras en combinant Ministry et RevCo.
Hé, minute : on est en 2004 !
Reprenons : en 2004, en France, un troupeau de goths chargés comme des mules andines dessine déjà le futur de RevCo. Et, s'ils ne sont pas encore aussi surpuissamment rock'n'roll et ecstatiquement new wave qu'ils le seront bientôt, ils sont déjà bien meilleurs que Cubanate, tant ils ont audiblement compris l'origine batcave et gay de la sexitude débordante de Sheep on Drugs, contrairement à ce veau de Marc Heal, qui est tout de même le Jason Statham des dancefloors groufts, disons les choses comme elles sont.

3 commentaires:

Le Moignon a dit…

raaah mais pourquoi tant de haine

Jackou la Tatane a dit…

perso Disco Flesh & celui-ci sont mes préférés, c'est marrant j'y arrive un peu moins avec gore baby, malgré qu'il soit plus accrocheur au premier regard

Le Moignon a dit…

De ce que j'ai entendu de gore baby gore, je le trouve assez infâme, les trois premiers (celui-ci compris donc) sont bien plus cool