lundi 13 octobre 2008

Intronaut : Void


Comme quoi, ce n'est pas obligatoirement quand on a la plume la plus labile et facile (vous avez sûrement remarqué) que l'on se sent le plus puissant de ses mots (vous avez peut-être senti). Insatiabilité, ma chérie ... Parce qu'en voilà un autre, de groupe dont je tiens avec enthousiasme à vous causer, mais alors comment, ça ... Surtout que j'ai obstinément résolu de ne pas citer d'autres groupes, pour changer un peu et parce que dans ce cas précis ça deviendrait tout de suite injustement trivial. Essayons.
Essayez d'imaginer, un lointain futur quelque part dans la préhistoire, un lourd, robuste pèlerin primate, d'une civilisation inconcevablement raffinée, en pleine quête initiatique, escaladant les nuages du grand ciel azur, à se colleter et crapahuter avec les rochers tranchants qui y paissent. L'azur tire vers le noir à mesure qu'il devient plus et plus intense ; le monde est englouti, oublié, dans les néant des milles en contrebas ; le mouvement devient fluide ; on touche à l'éther ; aux étoiles.

C'est tout.

2 commentaires:

ravachi du bulb a dit…

Je boycotais au début, la faute à l'influence Mastodon citée un peu partout (peu pas pifer ce groupe), puis j'ai découvert cette chro et je me suis lancé! Autant dire que le fan de postmachinchose qui est en moi est ravi! Impossible de ne pas penser à une version Sludge d'Isis.. en mieux! Seulement que quelques écoutes dans la gueule mais c'est sûr, il vas tourner!

gulo gulo a dit…

ah ... impossible de penser à du sludge - dieu m'en préserve ! - pour moi
ce groupe c'est comme Helms Alee, y a bien moyen de rapprocher ça d'autres trucs si on a du vice et aucun sens poétique (et c'est un mec qui définit maladivement tout à coups de X meets Y qui le dit), mais c'est tellement dommage de passer à côté de leur côté tellement non pareil ; les deux donnent une impression d'apesanteur, précieuse en ces temps d'information overload