dimanche 12 octobre 2008

Putrefy Factor 7 : Total Mind Collapse


Facile à définir, Total Mind Collapse. Sur quelques morceaux, judicieusement placés, ils nous proposent une imitation tout à fait saisissante de Skinny Puppy époque Rabies, tout juste touchée d'une roideur "toute germanique", selon le mot consacré ; et sans les accès de frénésie sous crack et guitares de l'illustre Canadien. Et sur le plus clair (pouf pouf) de l'album, ils font du Klinik satanique très très orienté tueur en série, séquestration et aliénation sexuelle. C'est produit par le gars d'X-Marks, et pour ne rien gâcher c'est paru sur Celtic Circle.
Alors ? Comment vous faire entendre que ces deux coquins-là sont le contraire des seconds couteaux dont ils ont tous les attributs ? Que ce petit cru de ma cave est l'un de ces trésors secrets de la dark electro d'il y a quinze ans ? Va-t-il falloir que je me fade un bon tableau aussi cliché que ceux sur le sludge, à grandes louchées d'enfermement mental fatal, de nœuds, de scies ébréchées, de frappage opiniâtre de tôle déchiquetée, de sévices en usines désaffectées, d'onanisme extrême, de rouille qui saigne des murs glauques de moisissure ? C'est l'un des rares disques avec lesquels j'y crois, pourtant. A cause de la voix, aussi ... nasale, et bilieuse, que celle de Sevren Ni-arb, justement, et tellement plus sick'n'evil de congestion que le regrettable Johann Van Roy ? Parce qu'ils sont capables d'accoucher ce dont tous les aspirants ont toujours rêvé : des petits "Worlock" parfaitement dignes, avec nappe solvante qui ronge l'âme bien comme il faut, et le beat accablant des familles ? Et que le mec au micro a la touche Nivek aussi, cette scansion parfaite et sexuelle qui fait qu'un truc tout bêtement gratiné genre "in time of shit", "stupid philosophy" ou "locked terror" reste vissé dans la tronche, de dédain hargneux ? Parce qu'on se sent sale, que l'esprit a les semelles lourdes de crasse gluante après ce disque ?
Ce disque, vous l'avez j'espère compris, m'est cher.

Aucun commentaire: