mercredi 29 octobre 2008

Whourkr : Concrete


L'absence en ces lieux du premier album de Whourkr n'est pas une faute professionnelle de l'intrépide défricheur de l'underground que je ne suis pas, Dieu me tripote, mais elle est une défaillance du débonnaire supporter, qu'il m'est aujourd'hui offert la chance de racheter, puisque Whourkr ne fait pas que publier des bulletins myspace avec le mot Concrete dedans : ils font des albums, aussi. Avec le mot Concrete dessus. Et si tu penses que je vais me fendre d'une astuce vaseuse du style "enfin du concret", Whourkr saura t'apprendre bien vite et bien compact ce que Concrete veut dire. A présent, procédons.

Tu as déjà pensé à ce qui se passerait si ta mopette venait un jour à la vie ? Non, pas vrai ? Tu crois qu'elle serait contente de toi ? Qu'elle te voudrait du bien ? Pas vraiment, figure-toi. Tu crois qu'elle aime, cette sono qui pèse des tonnes que tu lui a mis sur le dos pour faire péter ta techno de bourrin et qui la fait geindre comme une pauvre mule ? Non, tu ne l'entends pas ; mais ce jour-là sa colère, tu risques de l'entendre, et la sentir passer. La joie furieuse de l'éveil à sa puissance - tu vas regretter toutes les tortures du tuning dont tu l'as défigurée, crois-moi, les voies ignobles par où tu l'as forcée, à empoisonner l'air, de boucan et de saloperies d'échappement, à plus en entendre le concert des crapauds la nuit. Elle qui ne rêvait que d'aller entendre le chant des baleines, elle qui aurait tant aimé qu'un prince l'emmène danser dans les étoiles sur du Satie. Ça va faire un beau cartoon, sur ton terrain vague, interdit aux mineurs, ça s'appellera Doomsday dans ton cul ; tu piailles pas mal, dedans ; tu donnes dans le frantic - t'auras appris un second mot d'anglais, chic ; et compris pourquoi qu'on appelle une meule une meule.
Elle qui n'avait au cœur que Mozart, l'opéra ... Salaud.
Allez, maintenant chante, petite pute : paaaaarleez-moooooooooi d'amoooooooooooour ...

Aucun commentaire: