samedi 8 novembre 2008

Cathedral : the VIIth coming


SOUM, ça marche beaucoup mieux que l'analyse. Suffisait de dire le problème pour que les choses se dénouent. Depuis la dernière séance, j'ai enfin avoué mon amour à Forest of Equilibrium et Ethereal Mirror. Et aujourd'hui, je puis enfin vous parler avec un bonheur affiché de ce splendide disque, le second je crois que j'avais essayé d'écouter, il y a quelques années.
Ce disque de southern metal ; parfaitement, du gros metal bûcheron qui nous vient du Sud - vers la Forêt, pour être exact. Sur les riffs stoner hargneux rafraîchissants comme des paupiettes, ce sont bien les inenvisageables contorsions mélodico-difformes saturniennes du Lee des débuts qui viennent, à l'emplacement du refrain easy et wanker, saloper l'ambiance laidback slack ; étonnamment sobre, dépouillé des abus de théâtre guignolesque ou de redescente cauchemardesque, au naturel et à l'arrache, en voix claire ou chargée, impérialement, irrécupérablement doom. Plus le disque va, plus il le tire vers le fond, telle la ceinture le scaphandrier, telle la montée sinistre d'un très mauvais trip qui se précise comme fait l'orage, et les riffs tout en gardant leur attaque metal'n'roll irrésistiblement se mettent à creuser plus profond l'humus obscur. Toujours plus au Sud, vers la Forêt et son abominable éveil.

Aucun commentaire: