lundi 24 novembre 2008

Complete Failure : perversions of guilt


Bizarre autant qu'étrange. Du grind truffé de plans metal rouleau-compressé, ça devrait sonner Napalm ... Ben non. La faute à ce son crade tout frit lugubre, à cette vocifération acide plus flippante que Kickback et Arkangel ensemble, et à de nombreux passages rampants, inattendus dans le contexte, qui rajoutent un peu davantage au sinistre de l'impossible machin, entre grind bien cadré par un batteur ultra rigoureux, et hardcore débridé limite blackened. Pour la poésie, vous repasserez. Attention, l'argument massue : la chronique est aussi pourrie que le disque est bon (tiens je l'ai oublié parmi les prétendants 2008).

Aucun commentaire: