vendredi 14 novembre 2008

Motörhead : iron fist


Cet album passe par-ci par-là pour peu inspiré. Je passe quant à moi déjà pour presqu'aussi arrogant que je le suis pour de vrai, n'aggravons pas notre cas et jouons-la David Martinon : pas de commentaire.
D'ailleurs, je ne vais même pas prétendre le chroniquer ; je vais juste écrire un truc beau dessus - oups, autant pour ma minute de modestie. Fuck her in the ass.
Jean-Jean, et son Bite the Bullet ci-dessous, ont raison. Motörhead, c'est la nudité intégrale. Pas la désarmée, vulnérable, je me remets entre tes mains, non. La nudité insolente, outrageuse, toute-puissante, que bien peu peuvent regarder en face, qui brûle les yeux, et le palpitant. Plusieurs volées de 22 restées à divers endroits de la carcasse, au coeur ou ailleurs, pas mal d'organes internes bons pour le Secours Popu, toujours les babines remontées à en manger le visage, le sourire du loup, toujours monstrueusement pressé de vivre, vivre plus, toujours aucune illusion, en inanition permanente, craving, toujours, tout le temps, et frantically happy with it. Overdrive, overdose, overkill.
Il existe bien des bons groupes, même une quantité scandaleuse de groupes géniaux. Mais Motörhead est le plus grand groupe, de ce monde, et de l'autre. Bien sûr, que c'est toujours la même chose ! T'es con, ou tu fais les dents ? Pourquoi aller chercher autre chose lorsqu'on est au noeud du truc, au plus près de la pulasation primordiale, au coeur de la flamme, qu'est-ce qu'on va aller se toucher avec des bougies parfumées ? Parce que Motörhead est la vie. Toute nue. Toute-puissante. Insoutenable. Incendiée.
Si tu n'entends pas ça, si c'est trop fort pour toi, ce n'est pas que tu es trop vieux. Il n'y a pas d'âge pour être en vie. Si tu n'en es pas transfiguré, c'est que tu es trop couvert. Tombe-moi ces nippes. Don't you sissy on me.

2 commentaires:

Raven a dit…

totally agree ; la nudité, crudité, être a cheval sur les bonnes manières comme le premier des gentleman et avoir l'arrogance de vivre jusqu'à 60 piges après autant d'excès, jouer pour lever des minettes, ne faire "que du rock'n'roll", tout ça c'est Lemmy; en fait il pourrait coller avec tous les (bons) albums de Motorhead, ce texte, et m'a donné envie de réécouter cet Iron Fist que j'avoue avoir laissé en rade au profit d'autres; - que je suis chagrin en revanche de voir que mon ace of spades chéri est toujours en rade

gulo gulo a dit…

hahahahahahaha le salaud, il m'a salopé la blaguounette que je me tâtais encore de faire ;) ... désespères pas mon biquet, j'enfourne un album de Dieu dans le discman à chaque fois que je m'envole de mon nid ces jours-ci (et du coup l'écoute en général 3 fois dans la journée), donc qui sait ... mais aujourd'hui ce sera 1916