lundi 3 novembre 2008

Virus : The Black Flux


Black metal ? C'te question ...
Evidemment, tête d'ail. Pas un blast, pas un screech, et ce disque est aussi black que Jaz Coleman, qu'un Dodheimsgard, aussi black que ne l'a jamais été Enslaved. Tout ce que vous pourrez lire d'autre, d'analytique, de musicologique, n'a pas la moindre espèce d'importance. Parce que Satan est Lucifer, est liberté. Et que le black est musique de cette liberté, et de la peur absolue dont elle est source, peur de celles qui peuvent rendre fou, puisque la folie est si rassurante et douillette salvatrice. Ce disque luit dans le noir ; ce disque ne connaît pas le sommeil ; que l'hallucination perpétuelle de la liberté, sa torture grisante, ses stridences irisées, son délire au goût de fer. Ce disque est panique.
Venez, descendez dans les caveaux, avancez un pied dans l'eau noire ...

Aucun commentaire: