samedi 13 décembre 2008

Dream Team

Un bon casting de départ, ça fait tout. A preuve ce qui va suivre. Ce disque devait être présent ici, et je n'ai même pas eu à y penser, sans parler de m'y atteler. Parce que le Jean-Jean, c'est pas un vaurien.

X-Marks the Pedwalk : Freaks

J’ai eu droit à l’arnaque du siècle en me payant ce disque. Jugez plutôt : je le désirais à (disons à peu près) 75% pour le tube Abattoir seul. En le recevant, j’ai insulté mon facteur : pas d’Abattoir dans la tracklist, nom de diou ! Comment appeler ça un remaster, tas de salauds ? Il n’empêche qu’aujourd’hui, je me sens moins véner – bah oui, parce qu’y’a un paquet de titres qui tuent, sur ce disque. Ceux qui finissent en « ion » étant mes préférés (inutile de vous en dresser une liste). Comme j’y connais pas grand-chose, ce truc m’a d’emblée donné la sensation d’écouter un Skinny Puppy, en moins grimaçant, en plus glauque, les parties « flottantes » (tous synthés dehors) étant les plus assommantes, et celles plus funky, aussi tuantes que du Too Dark Park. Y’a même un moment, j’ai arrêté de remuer, tétanisé par je ne sais quel morceau (No Premonition, je crois), avec un refrain des plus … déstabilisants, pour faire euphémique. Un vrai miracle. Va falloir que je me procure les autres, maintenant. Et va bien falloir que j’écoute Abattoir autrement qu’en MP3, aussi.

Jean-Jean

1 commentaire:

Raven a dit…

putain, mais cette chronique schlingue; je pensais que tu l'avais tèj après lecture (en fait tu attendais - dieu sait pourquoi), je suis limite déçu de la voir, qu'est-ce qui m'a pris, mon dieu, de ne pas me relire.