mercredi 10 décembre 2008

Phallus Dei : Luxuria


Gitane Demone, c'est un peu comme Jarboe : tout ce qu'il y a à retenir d'elle est sur les disques où elle est invitée ... à être discrète.
Luxuria est basiquement une des idées les plus incongrues qui se puissent : la championne de ce que le gothique peut avoir de plus vulgaire, reçue chez le parangon du goth austère et abyssalement distingué.
Le plus scandaleux est que c'est réussi. Les petites japperies excédées et implorantes de la diva des chiennes mettent encore plus en majesté la séduction fatale de Phallus Dei, faisant apparaître les veines brûlantes qui se tordent comme des serpents sous l'épiderme marmoréen jusqu'au polaire, la moiteur pressante du souffle qui soulève comme marée imperceptible à l'oeil le sein hiératique de l'idole terrible, et sentir l'acier du désir qui est le bras qui te ploie à la renverse dans cette pâmoison dévote.