vendredi 19 décembre 2008

Potop : channels


Abattoir sludge gastéropode à renvois.
Une fois qu'on a posé ça, une question désolée subsiste, qui importe : est-ce que ça sent la mort ? Est-ce que l'issue fatale est palpable ?
La réponse est oui.
Quelque chose dans, hmm, les démarrages du tambourinaire des hautes œuvres, dans les coups de mediators qui s'écrasent comme s'abattent des grandes plaques de tôle, dans le vagissement horrifié du chargé de hurlement, dans le son frit et frigorifique ; quelque chose fait qu'au lieu de mentionner comme un faraud Highgate, Fleshpress, Will Haven, Godflesh, Bästard, on déglutit et on perle, et on réalise que ce serait fin, tiens, d'en guise de dernière pensée, se dire que Potop porte bien mal son nom ...

Aucun commentaire: