samedi 13 décembre 2008

Reverend Bizarre : so long, suckers


L'exultation, l'héroïsme, la puissance, la désillusion, le mépris, le dégoût, la rage, la lumière. Je me contenterai d'ajouter que pour ces adieux grandioses et cinglants, RevBiz n'a jamais été aussi teigneux, la guitare bastonne, la basse mastique l'os et la batterie est en guerre ; et je n'articulerai pas tout ça, quand l'album lui te l'envoie en gros paquet dans la bouche. Le doom n'est pas une musique de pleureuse ou de hippie. Il y a dans ce ronronnement animal de friture une dignité qui dépasse le gothique, une extase qui dépasse le baba.Le doom est une musique de haineux.
Christs may come and christs may go but Caesar is for ever. Et souris à la vie, un peu, quand tu avales toute ma splendeur.

1 commentaire:

RVN a dit…

Je l'ai tjs préféré à In The Rectory, celui-ci. Très grand.