mercredi 17 décembre 2008

Throneum : Deathmass of the Gravedancer


O rage, ô aporie, ô coquetterie ennemie (pas la peine de compter, ça fait pas douze) ...
Comment vous persuader d'écouter ce disque formidablement déchiré à en donner des leçons à Abscess et Obituary, quand on n'a pas le talent de Cobra Commander pour la gerboulade et les rillettes faisandées, ou de Clowny pour les caveaux sens dessus dessous ? Quand on n'a aucune des références susceptibles de circonvenir le connaisseur madré, et qu'on se refuse à jouer les Raoul au rabais en vous balançant que si vous n'écoutez pas vous valez peau de zob et que si vous n'aimez c'est le même tarif pour vos oreilles ?
Peut-être en ne jouant pas non plus les Gulo d'opérette, pour une fois, et en le demandant gentiment ?
Écoutez ce putain de disque qui poutre ; s'il vous plaît.

Mais quand même, si vous ne l'aimez pas beaucoup, ça va être compliqué entre nous.

Aucun commentaire: