vendredi 2 janvier 2009

The Cure : Faith


C'est drôle, la vie, parfois - très souvent.
Robert passe dans bien des cercles pour une pleureuse, une Mylénie de Gouynaloux au rimmel qui coule.
Robert, à son heure, a plus de haine et de mépris nauséeux pour tout et tous que n'importe quel troupeau de black métalleux norvégien.
Tous ces chevelus enroués croient en leur cher Satan, Lucifer, whatever. Gloire et vitalité à eux.
Robert, comme mon autre ami rincé Mark, a la foi, c'est tout ce qui lui reste ânnone-t-il, mais comme Mark, elle n'est en rien. Problème.

1 commentaire:

RVN a dit…

Robert est dégoût.