mardi 20 janvier 2009

Fistula : Idiopathic


Fistula, je l'ai dit ailleurs, c'est pas compliqué. C'est du sludge, donc soit on sait ce que c'est et nul besoin de dire à quoi ça doit toujours ressembler, soit on ne le sait pas et ça veut dire qu'il vaut mieux continuer à l'ignorer. C'est pas le descriptif qui compte, c'est le ressenti.
Idiopathic, donc.
Les guitares sont la peau tendue, chaude, fragile ; leur grain le fourmillement torve du sang sous elle ; leur grosseur extatique le brouillard anesthésique qui épaissit et gauchit ses sensations ; et la voix le poing qui la dilacère avec toute la lenteur qu'on est en droit d'attendre.
Vous l'avez compris, Fistula ça fiste.
Fistula ne pue pas la drogue. Fistula fleure la drogue, Fistula s'adonne et s'abîme sans aucune pudeur ni retenue, jusqu'à emboutir au mitan du disque l'orgie en crash-overdose-blank Easy Rider, sur le finale aveuglant de Shadow of the Serpent
.
Quelques minutes de mort cérébrale, for the soul.
Et ça repart de plus belle, et se remet jovialement à cuisiner.
Toxic love.

3 commentaires:

Le Moignon a dit…

Ah ça y est t'as gagné, malin, je vais me le ressortir celui-ci

rafi2600 a dit…

Viol Collectif.
Dans le respect de chacun.
Le moyen âge et les ordinateurs.

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.