mardi 6 janvier 2009

Shipwreck A.D : Abyss


Sont-ce les riffs qui sont metal, et l'ambiance hardcore, ou l'inverse ? Serait-ce le chant, qui est hardcore ? Aussi bien il est à la limite du Van Drunen et autres proto-growls tuberculeux. Du moins y a-t-il des structures. Sans aucun doute. Des chansons, peut-être même. Pas convaincu d'avoir envie de les distinguer. Je préfère me laisser perdre hors de tout repère dans cette chose nocturne labyrinthique et bourbeuse comme Starkweather, médiévale comme Ringworm, sinistre comme Integrity - et rugueuse comme du hxc bien urbain. Et finir à chaque fois brusquement recraché par la tourmente, sans trop savoir pourquoi épargné ou rescapé du féroce bouillon de la matière en guerre, de cette espèce de pit élémental. Ah bah tiens, du coup je viens de piger l'artwork post-truc à premier abord incongru de Bannon (faut voir le livret pour comprendre, et saluer l'absence à l'horizon de crânes et de mouettes) : désolé, je fais pas exprès.
Y a pas, qu'est-ce que c'est beau le hardcore ; toucher à sa part minérale, tout ça ...

Aucun commentaire: