dimanche 4 janvier 2009

Sia : Some People Have Real Problems


Dites-moi pas que j'étais le seul à pas être au courant. Dites-moi pas que ça vous a pas fait pareil la première fois que vous avez entendu la voix - une envie irrépressible de manger du chocolat et du caramel. Que vous avez pas imaginé, pour chanter sur ces arrangements qui marbrent le meilleur du sucre de la soul U.S vintage au meilleur du beurre salé de la nu-soul trip-hop uk-garage machin britonne, une sorte de bonsaï de Martina (Topley-Bird, tronche d'ail ...), menue et rudeboy à la fois, à la Lady Dynamite, dont d'ailleurs tout comme Sia j'ai appris à repérer le nom sur les compils 2-step de ma grande époque clubber de pointe, il y a bien longtemps. Pour poser son flot nasillard et moqueur sur ce genre de tracks spasmodiquement suggestifs, elle ne pouvait qu'être un genre de version Adidas de Jocelyn Brown.
Je ne sais pas si quiconque peut bien imaginer la délicieuse surprise des retrouvailles des années après, qu'est-ce que t'es devenue, oh on te fait des albums de chanteuse à présent ? Classe, nénette, ça le fait, donne voir ? Putain, tu te fais pas chier, grosse, c'est du méchant arrangement couture, ça, tout en soie et en sel subtil, congrats' ! Tout à fait ce qu'il fallait, ça tombe parfaitement sur ton brin de voix qui m'a toujours serré le cœur, tu le sais, petite sœur.
Mais surtout, je sais pas si vous pouvez comprendre, vu que vous l'avez sans doute rencontrée dans Six Feet Under, la surprise quand j'ai vu sa tête, à la mioche - on s'était toujours parlé par sound system interposé, voyez, Internet était pas aussi naturel qu'aujourd'hui alors ...
C'est une sacrée môme, la sister.

1 commentaire:

Saimon a dit…

Elle est plutôt vilaine, mais moi je vois la tête de Claire Fisher quand j'entends breeeeaaathhhe... me. I have lost myself. Again.