samedi 21 février 2009

Buried Inside : Spoils of Failure


Buried Inside fait toujours du Buried Inside. C'est à dire du neurocore qui n'a pas volé son sobriquet de neuneuzizi, toxiquement, imbibé qu'il est d'emopost-truc d'une naïveté ahurissante. C'est cette désolation de proportion épique, chimérique, cette sincérité de mieux en mieux expulsée sans puissance, sans pachydermologie, sans couleur, sans fard - sans chichis, sans mysticisme, sans rien à contempler que sa misère démesurée, qui fait toute la différence, dans un style si balisé, et si péjorativement avec ça.
Spoils of Failure est le The Gault de la famille. Une assommante, vertigineuse, nauséeuse, monocorde crise de larmes, qui s'accuse et s'étire sans fin, sans fond, en spirale dévorante.
J'approuve absolument la pochette.

Aucun commentaire: