dimanche 1 février 2009

Lamb of God : wrath


Back to basics. On arrête la merde qu'on fait depuis tous ses albums après le premier, cette ridicule idée de mixer Iron Maiden et Fear Factory, à chaque groupe suffit sa daube après tout. Retour aux fondamentaux. Écouter Pantera, et porter des marcels. Bonne pioche, quand on a sur les sus-cités l'avantage d'une fascination nulle pour le drapeau sudiste (mais carrez-vous ce putain de bayou au cul une bonne fois pour toutes, tous, là !). Et une fluidité bien plus grande, ce touché qui fait qu'on sonne alcoolisé peu importe qu'on le soit, demandez à Spitfire - un naturel dans l'over the top aussi bien solisant que moshisant. Si vous prenez Phil Anselmo au sérieux et pour un parolier, si vous n'avez pas aimé Bleed sur le dernier Meshuggah, si vous n'avez pas la compulsion du haka quand vous avez levé le coude, si vous n'aimez pas faire des tronches de méchant flinguées par un sourire de bênet, les moulinets et les tetsui en l'air, faire la tête de De Niro qui pousse, growler Predator tout seul à la maison en hommage à Herbert Léonard ... laissez tomber ce disque

Aucun commentaire: