dimanche 29 mars 2009

John Zorn : the crucible



"Techniquement" (urg, hein mon âme ?), c'est rigoureusement la même chose que d'habitude. Un sanibroyeur vocal qui fait n'importe quoi, un saxo qui le suit dans ses idioties, et une section rythmique animale en ciment râpeux. Sauf que cette fois-ci, elle rôde et cogne encore plus belliqueuse et occulte que d'habitude. Et que le moustachu qui fout si souvent tout par terre est, pour une fois, un vrai fauve.
Alors, certes oui, c'est du jazz ; celui dont on fait les polars. Celui-ci est raw, sanguin, impie, insane, sacrificiel ; et félin.

N'empêche, ça fait rudement plaisir de le revoir, l'autre connaud. Putain ouais.

Aucun commentaire: