mardi 17 mars 2009

Les Claypool : of fungi and foe


Dingue. En laissant tomber les riffs funk qui faisaient les jams longues comme un jour sans pain qui lui tiennent lieu de morceaux ressembler à de la country, sur à peu près toutes ses dernières sorties, le gars Les a retrouvé une vraie patte funky et western, discrètement, on a vieilli, mais bien moins grisonnante et fan de jazz-rock. Et sorti son premier disque de Primus depuis bien longtemps - enfin.
Et, on a l'heur de le savoir ou pas, Primus pour moi c'est Pork Soda. Découverte et 16 ans obligent, certes, mais goth (alors dans l'oeuf) oblige également. Comprendre donc que ça grince, que ça roule des yeux avec une jovialité inquiétante, qu'il n'y a pas de staccato mais du slap dans la mélasse et de la kermesse dans les mares de pétrole, que ça claudique et xylophonise, que la rythmique n'est pas en boîte automatique, même pas motorisé, mais que la tension flotte dessus comme elle ne l'avait pas fait depuis un sacré moment, qu'en somme on retrouve enfin ce savoureux et inquiétant mélange de deux fromages autrement trop simples pour le palais raffiné du vrai goth de bon goût : Danny Elfman et Texas Chainsaw Massacre.

1 commentaire:

obi-wan a dit…

fun la pochette..