lundi 9 mars 2009

Inanna : day ov torment


Plus près de toi, Saigneur. Plus près de toi au plus bas que Terre. Là, dans les sous-sols, j'entends résonner la voix de la lumière à travers l'écho lointain des râles et mugissements des hommes faits bêtes.
Il est, dans la musique sacrée, des disques dont le seul but est de vous immerger dans une atmosphère propice au recueillement. Day ov Torment est assurément de ceux-là, si tant est qu'on puisse considérer que le recueillement n'implique pas nécessairement une quelconque forme de méditation christique. Et si tant est qu'on puisse considérer qu'elle n'aboutisse pas nécessairement à l'apaisement de l'âme, par le truchement de la Sainte Communion, mais peut aussi sombrer dans la démence brutale de la transe et de la possession. Ici, la méditation n'est pas de celle qui se pratique à l'Eglise de la paroisse, à la lueur des cierges et dans un embaumement d'encens, mais plutôt dans les senteurs de soufre ardent au fin fond des cryptes, celles ou les gargouilles ornant les arcades vous épient entre deux chuchotements, et dont les parois suintent du sang noir des brebis de Satan.

Aucun commentaire: