lundi 23 mars 2009

Yeah Yeah Yeahs : it's blitz


On capte vite l'intention. Achtung, stories from the sea ; Siouxsie on wild horses, Blondie, Lou, the City of No, les petits matins en fer blanc, le parfum du mégot, l'aigreur grisante des cachets, les denims éreintés ...
On sent vite, aussi, que ça va surtout finir au détail dans la prochaine fournée de réclames pour une palanquée de trucs et de machins et d'arts de vivre chébrans. Mais après tout ... ma première rencontre avec certaine troublante de mes lares se fit sur fond de cônes glacés et de pilotis (comprenne qui doit, comptez-vous), il y a de cela bien longtemps, qui sait quelle enfance sera peut-être à son tour marquée par les délicates fêlures que l'on sent ici ou là - pour autant qu'ils les gardent au découpage ?
Je fais mon vieux con, si je remarque tout de même que la voix est ici comme les aisselles : photogénique et sans aspérités ?

Aucun commentaire: