vendredi 24 avril 2009

And now, for something completely different

On dirait que c'est l'heure de votre piqure de journalisme, mes loupiots ... Allez, je suis taquin, mais il est juste un peu comme moi : si on voit pas les choses tout pareil comme lui, il croit qu'on aime pas, qu'on n'a pas compris - comme tout le monde, pas vrai ?


Judas Priest - Screaming For Vengeance

J’ai écris une connerie assez cocasse de connerie (effet de style, cherchez pas) sur ma chro officielle de Defenders, dans les premières lignes. Pas en disant que Judas est un groupe de hard FM, puisque sur les ¾ de ses albums, c’en est, je n’en démordrai point, j’ai été fan de Van Halen, et j'ai eu ma période Foreigner-Bon Jov. Mais que Judas n’a jamais été un groupe de heavy metal… Parce que… qu’est-ce que le heavy metal, pour vous ? Pour moi, du hard rock un peu plus speedé et dégraissé de ses racines blues tenaces que les ancêtres portaient fièrement (Led Zep, Black Sab’, Thin Lizzy), puis aiguisé comme la lame brute qu’il est... affûtée. Seulement avec la flopée de groupes moisis de kitsch convenu et pâlot qu’on a du se fader depuis l’explosion NWOBHM, on a fini par assimiler le heavy avec cette musique pour prolos musclés et cloutés, alors qu’au départ il incarnait la Foi la plus brute qui soit, coulée dans un corps agile et musclé, lui même moulé dans un cuir tendu ; la Foi, du latin Faith... celle du rider en mal d’amour, celle de la grande chevauchée, tout ce qui découle de Born To Be Wild, en somme. La rage qui sertit cette foi, la liberté la plus pure et débridée pour couronner le tout, la soif d’évasion et de domination on the road... rien de plus, rien de moins. Saxon, Accept et même Mercyful Fate en furent d’honorables représentants, Scorpions fut tout de même l’auteur de très grands morceaux avant de virer Lancôme FM (In Trance, tout de même), mais Judas est et restera à jamais LE groupe, celui qui supplante toute la meute, en gardant à l’esprit que Black Sab’ reste l’ancêtre absolu de la couvée. Iron Maiden ? J’avoue, j’ai de la tendresse pour quelques tubes pris dans les classiques, autant que j’en ai pour Back In Black, et surtout un amour certain pour leur album de oldies bravaches qu’est Brave new world, mais globalement c’est trop du hard rock de footeux, c’est complètement anti-sexe, et Dickinson n’a pas une voix qui brille dans le noir (comprenne qui pourra, mais ça tombe bien je trouve l’image tout à fait appropriée). Donc où je veux en venir ? Nulle part, comme d’hab. J’ai un Judas que le Maître de ces lieux n’arrive pas à aimer, un Judas qui pourtant se trouve être ... sublime, je vois pas d'autre mot. Screaming For Vengeance est l’album-étalon du Priest, celui dans lequel tous ses talents d’étalon (cherchez pas je vous dis) sont mis en éventail, et présentés à la cour de mendiants prostrés face à son autel d’Acier Trempé ; ici, j’accepterai de la part du profane une comparaison avec Lucifuge au niveau du cardiogramme, effectivement on peut déceler quelques morceaux un brin moins étincelants que d’autres, selon l’humeur surtout. Mais l’entrée en matière est immense, facilement la meilleure possible pour un album du genre. Pain and Pleasure un hymne grandiose, au niveau des plus efficaces de British Steel. Fever et Take Theses Chains aussi magnifiques et éloquentes que leurs intros respectives (une sensation qui n’appartient qu’à moi, mais celui qui s’est déjà réveillé la clope tout juste vissée au bec au doux son de ces cordes atmo, tandis que les premiers rayons de soleil filtrent à travers les stores comprendra, c’est du Debussy). Et Devil’s Child un outrageux hardos de glamouzes en rut, qui clôt cet album épique en même temps qu'il referme sa braguette encore bombée - comme le héros pissant un coup après la bataille, décontracté (métaphore) - jouissif comme si Mötley Crüe devenait dominateur sexuel dans les rues londoniennes, et enfin doué pour le hard. Sublime album donc, oui, mille fois oui, et toutes mes condoléances à ceux qui resteraient aveugles, ou juste myopes face à la beauté, malgré les avertissements du corbak. Sachez juste que si c’est le cas, c’est vous qui êtes tièdes. Pas lui.

Jamais.


Jean-Dariev
Ah, au fait : allittération est le mot que tu cherches.

3 commentaires:

Raven a dit…

ah, qu'il était béni ce temps où il ne lisait point avant de poster le feat...

Raven a dit…

ah oui, sinon: mon blase c'est david pujadas ou rien, quand on fait les choses on les fait pas à moitié, même pour tac tac tac, taquiner (allitération)

Dariev a dit…

je savais pas que j'avais écrit sur SOUM... chouette alors !! j'me coucherai moins con tiens !!