mardi 26 mai 2009

Katharsis : Fourth Reich


Gare ! la bourrasque revient sur nos têtes.
Cette fois elle ne moissonne pas le champ de ses adorateurs sous le ciel immense, mais elle s'engouffre de toute sa violence dans une église dont les ogives calcinées se perdent hors de vue dans l'obscurité, probablement celle-même qui servit de décor à cette nouvelle de Robert Bloch et à Great Death II ; dans l'ombre des bas-côtés l'on croit distinguer des scènes de barbarie déchaînées, avec la confusion labile des spectres ; et au loin à la croisée, en direction de la lueur des vitraux dégondés, l'on entr'ouit, à nouveau, les imprécations démentes, l'incantation emportée au tourbillon de sa propre fureur, l'exultation mauvaise, le choeur en une seule voix de la communion insane. La pâmoison finale se fait sur un grand solo heavy, puis les grandes orgues. Pas d'erreur : celebration time again.

Aucun commentaire: