mardi 12 mai 2009

Sieghetnar : Todessehnsucht


Du beumeu doux comme un enfançon mais un sélénite, lacté comme la Voie, ouateux comme un Bohren qui aurait avalé Darkspace en un grésillement gourd ; terrifiant tellement ça ne l'est pas, tellement c'est candide, simpliste, irrésistible ; une aile subtile, labile comme le néant, et lumineuse comme le paradis, pour filer immobile et paisible, en étoile ténue, au fin fond du rêve éternel et sans retour.

Aucun commentaire: