lundi 25 mai 2009

Totenmond : Fleischwald


L'on pourrait, j'imagine, soutenir que ceci est du death metal. Mais comment passer sous silence la parenté du batteur avec la beatbox de Godflesh, patente tant dans la roideur exécutrice des hautes oeuvres de la frappe, que dans la sonorité sidérurgique vintage ? Et que le grain des guitares est de la même eau, malade, avec sa saveur sludge industrieux au diesel toute souabe ? Une revisite thrash des impossibles Zaraza ? Des reprises de Laibach par Entombed ?
Tout ça pour dire que c'est punk, martial, plombé, enroué, rustaud, et donc mortellement groovy, que ça pédale en binaire à fond les bananes ou que ça vasouille solennellement dans le broyeur à déchets.
On en fait de très chouettes cocktails, avec une choucroutière et un presse-purée, dites-moi ...

1 commentaire:

Le Moignon a dit…

Dit comme ça, ça semble poutrer