vendredi 22 mai 2009

Wormwood : Starvation

Les groupes qui font penser à Neurosis, c'est pas ce qui manque - vous me connaissez, j'ai mes obsessions, comme toute vieille baderne.
Aussi étonnant que ce puisse paraître, on en trouve des bons. A condition naturellement de ne pas partir les chercher du côté de tous ceux, légion, qui n'ont rien pigé ; qui reprennent ce qui, chez Neurosis, n'est que défaut attachant, personnalité et non musique. Les barbes, l'atlantis-metal, le préchi-précha, la bedaine, la courtauderie ampoulée.
Non, il y a aussi tous les Damad, Kylesa, Amebix, Axegrinder ... Tous ceux chez qui la parenté n'est pas recherchée (quoique je nourisse quelques doutes, concernant Amebix ...), mais naturelle, tous les ursidés mal embouchés, les clochards stellaires, les joueurs de crust des bois - enfin, surtout pour Wormwood, les bois. Ils en sont presque médiévaux. La faute à ces pianos goths mal fagottés à la Woods of Infinity, à cette basse ronchonne, à la puissance aux fraises, à ces vagissements de violon, à ces synthés doom anglais qui sentent la vieille souche mangée aux champignons et qui dispensent avec largesse la sensation d'avoir le cul trempé dans un paysage trempé, à ces cris de bêtes à la Sanctum (pas le groupe de war-metal), à ces sanglots à la Lifelover - ce genre de forêt, voilà, ce genre de latitudes. Crust et doom se laissent rarement bien longtemps sans nouvelles l'un de l'autre.
Frisquet comme du vieux Cure, comme il se doit.

Aucun commentaire: