jeudi 25 juin 2009

Obituary : darkest day


Le death étant une musique qui repose fondamentalement sur l'imbécillité, sans doute est-il fatal, même s'il est possible et recommandé pour tout un chacun d'y trouver la jouissance, qu'il attire une certaine proportion d'imbéciles. Je veux dire, qu'on déteste cet Obituary comme le précédent, je le méprise, mais je le comprends. Mais qu'on pérore qu'Obituary fait du Obituary ? Pas compris. Je veux dire bis, vous avez notoirement détesté les fameux solos heavy de Santolla sur le précédent ? Le premier morceau de Darkest Day commence par un solo. Pas capables de voir quand on vous administre une golden shower ? Pas capables de voir qu'il faut cesser d'attendre que Santolla se barre et arrête de "gâcher" des morceaux que de toutes façons vous n'aimez pas, qu'il fait une part non négligeable de ce qu'est Obituary aujourd'hui ? Obituary a tellement glissé vers autre chose qu'on ne pense plus à Celtic Frost (ok, je déconne, et heureusement) devant ce groove metal plus primaire que Six Feet Under et Pantera réunis, aux riffs débiloïdes et screugneugneu de plus en plus sudistes et calvitiques, truffé de gorilla-parts à la batterie (elles sont loin les tribaleries timides de World Demise, ce coup-là vous allez la jouer tambourinaire de galère en pleine parade nuptiale, sur le thorax), devant cet incroyable Muppet Show de la Famille Addams tourné par Rob Zombie, qui, s'il ne sent plus l'égout de Slowly We Rot, réserve encore ses doomy parts pas trop rigolotes, l'air de rien. D'ailleurs, on a aussi beaucoup craché sur le son, qui est le même que sur Executioner's Return : c'est normal les gars, Obituary n'a plus un son death pour les bigots, vous avez jamais entendu un disque de sludge les gars ? Ce genre de prod complètement engourdie est ce qui fait une bonne moitié du charme orgastique des bons disques de stoner sludge polytoxicomanes comme ... ahem, oubliez, vous devez pas les aimer non plus, vous verrez même pas si je vous dis Idiopathic.
Formidable album, pour le primate qui ne sommeille pas. Les autres, entre autres ceux qui pensent que le Cousin Machin se fatigue ... non, rien.

3 commentaires:

Raven a dit…

Eh bah ça fait envie, merci vieux ! (je passe outre la remontrance, me sentant pas vraiment concerné), j'ai toujours pas écouté le précédent (disons que Poky est assez dissuasif)... tiens, tu parles de solo... les solos chez Obituary, tu les avais pas fustigés un temps, gégé ? peut être que tu réserves ça aux anciens... Obituary sans les solos, ça serait bien triste, quand même.

Anonyme a dit…

cet album est pour moi encore une tuerie ultime , alors si je comprends bien je dois sans doute etre un primate a l'etat primaire , bref un cromagnon sans une once d'inteligence et bien rassure toi je l'accepte avec joie a l'ecoute de cet splendeur d'album, et bien obituary fait decidement parti de mes preferes , gloire a eux !!!!!!!!

gulo a dit…

bon, je me vois obligé exceptionnellement de conserver un comm anonyme, vu la circonstance, mais que ça ne se reproduise pas ...