lundi 24 août 2009

Greymachine : Disconnected


Quand on s'appelle Justin K. Broadrick, toute chose doit avoir un nom bien précis ou bien on s'en sort pas. Ainsi, lorsqu'il joue du Techno Animal sans Kevin Martin, ça se nomme Greymachine.
Je suis mauvaise langue, du Techno Animal sans Kevin Martin, c'est effectivement quelque chose de bien précis. Les beats hip-hop sont bien moins phat et bouncy, ils sont squelettiques et bottés de ciment, moroses comme une journée de pluie - acide, faut vraiment que je vous traduise toutes les pochettes, dites-moi ... Quelque part entre le tout premier album et les morceaux dispersés sur les compils Electric Ladyland (ou regroupés sur la compil Techno Hades), soit ce qu'il y a de tout meilleur chez Techno Animal, avec Re-Entry ; et un son ultra sec et abrasif, pas loin de Krackhead et The Sidewinder, la grosse basse cookie monster en sus. Converter variations on Splintered in her Head, si vous voulez.

Voilà, c'était donc la réponse à la pressante question populaire : est-ce qu'on entend ce putain d'Aaron "bear-pup" Turner sur le nouveau disque pas cool de Justin.

2 commentaires:

Le Moignon a dit…

Ah c'est malin, du coup j'ai pas pu attendre, je suis allé me ruer dessus au Joseph, mais c'est vrai qu'il est bon, bordel, aussi salvateur que le dernier OhGr ; me voilà réconcilié avec Justin.

Potters field a dit…

il se pourrait bien que je fasse la même