mardi 11 août 2009

Kalas : st


Ce disque, je ne sais trop comment l'aborder, avec mon verbe qui ces temps-ci verse un peu trop dans le trivial, mais je dois en parler, car l'un au moins de nos lecteurs doit l'écouter si ce n'est fait - gageons qu'il se reconnaîtra, la plupart de mes ficelles sont tellement voyantes qu'ils faut porter des lunettes noires pour me lire.
Hmm, voyons ... Si je vous fais : l'amer blues du barbare ronin, la complainte hirsute de son âme à la peine sur la steppe désolée, dans le vent qui court sans obstacle jusqu'au pôle, et aux batailles du pays des rêves ? Oui, c'est hermétique, mystique pour tout dire, c'est étudié pour et c'est aussi bien, le sublime de pareils disques ne peut être saisi par tout le monde non plus.

3 commentaires:

Potters field a dit…

completement ma came, à titre tout personnel.

gulo gulo a dit…

ah merde, tu connaissais déjà (bien sûr que t'étais la cible principale de la mission) ...
bon, les autres peuvent l'écouter aussi, ce disque prodigieux qui m'a enfin mis à matt pike

Potters field a dit…

marrant que tu dises ça, d'habitude l'homme me laisse assez de marbre aussi, mais là c'est plus de la bonne rocaille comme j'aime.