vendredi 18 septembre 2009

Funeral Mist : Maranatha



Tout metalleux qui se respecte et comprend quelque chose au metal vous le dira : le black metal, ce n'est pas entraînant, pas mélodieux, pas varié, pas tout un paquet de trucs.
Ca tombe bien, le black metal, ça ne convenait pas à l'éxubérance d'Arioch, qui se privait de ses moyens, sur Salvation. Aujourd'hui, Funeral Mist joue enfin son blinding light-metal, tout en intros hippie-folk, en prédications enfièvrées, en choeurs religieux louchant avec ferveur tantôt dans Enigma, tantôt dans Bregovic, Vangelis ou Akira, en transes woodstockiennes tendance altamontiennes, tout ivresse, extase, exaltation, exultation - ex- encore et encore, oui, ex- tout un paquet de trucs. Une musique qui sort, qui vise ailleurs, plus haut en français, orgastique, du pink-metal sans l'ombre d'un doute, inondé de salives, brûlant, turgescent, palpitant, agité de saccades comme des lames de fond, montant sans fin ni satieté, rouge comme de grandes lampées au goût de fer, un divin tournis, une écumante poussée de cannibalisme, une éruption langoureuse de violence violemment hilare, qui saque et boute et hue et dia, déferle en dérapant allègrement, laboure dans le festin de chair, de graillon, d'ichor, d'entrailles au fumets musqués ...
Le metalleux, si on lui parle de joy-metal, il va voir des casques à cornes, des tresses et de la mousse. Arioch, lui, voit les choses en grand ; et surtout la communion.



P.S : quoi, vous l'aviez pas sentie venir, la vieille fatality ? Des disques pareils, vous en verrez pas des masses, et faudra bien que ça se sache. Mardraum, Incipit Satan ... Maranatha.

2 commentaires:

thelightcarrier a dit…

C'est moi où il reprend du Goran Bregovic sur le dernier titre? (3:50)

(sûrement un chant traditionnel mais c'est particulier)

Le Moignon a dit…

Bordel, ça donne envie