vendredi 18 septembre 2009

Marduk : wormwood


Pour son auteur, cet album est honnête voire bon. Ou plutôt, pour Marduk, dont on sait qu'ils n'ont de black que l'imbécillité, et de brutal que le nom. Le hic, c'est que son auteur, aujourd'hui, c'est donc, aussi, Arioch. Et que ça s'entend, mais que ce qui s'entend aussi, c'est qu'il n'est pas ici libre de sa dépravation et des fantaisies d'icelle, qu'il se contient tant bien que mal dans les bornes de la gentillesse guerrière qui sied à un album de Marduk, tout comme la navrance de la pochette.
Par endroits aussi tubesque que Maranatha, évidemment, mais assurément son petit frère qui ne sèche pas les cours et surtout pas d'EPS. Les odeurs de vestiaires ont sinon un charme certain, du moins un certain charme, mais ... enfin bref, vous m'avez compris.
Il va sans dire que je vais l'acheter, après tout ce site est rose, n'est-il pas ?

1 commentaire:

Ø a dit…

Bouais, écouté une fois et même pas envie d'y revenir en fait. Y a un côté complètement caricatural dans leur musique qui fait que j'accroche pas du tout. bon alors par contre, oui, Arioch est un putain de monstre, ce mec à l'enfer dans la gorge mais sur la musique de Marduk, en dirait le cirque Pinder