samedi 31 octobre 2009

Andrew Weatherall : A Pox on the Pioneers


Ah ... L'Angleterre.
La nation à qui nous devons, terrassés de gratitude humiliée (il y a là un pléonasme, maintenant que vous le dites) : New Order, Douglas McCarthy, l'eau chaude, Mick Harris, le club de golf, "London Calling", la soul minière, le flegme, "Jimmy Jazz", l'art sans pareil et jovial du gris lumineux, Renton, le nightclubbing, l'accent cockney ... Cette classe, la seule l'unique, quand on n'a pas eu l'heur de naître là-bas on sait que jamais on ne l'aura.
Par chance il est de ces disques, pénétrants comme le crachin, qui donnent la sensation bénie que c'est comme si qu'on l'était. Un putain de rosbif.

Aucun commentaire: