mercredi 28 octobre 2009

Gorse : Bovine Soul


On y a presque cru, ce coup. Que Gorse (si vous suivez, vous les avez déjà repérés cet été dans les parages) s'était ébroué pour de bon de sa torpeur ensaturnée, avachie mélancoliquement sur le tracteur vermoulu, qu'il avait dépoussiéré icelui et allait soit foutre le champ sens dessus-dessous, soit descendre au bourg solder quelques ardoises en souffrance, avec quelques Rose et quelques Maggie, et aussi quelques Randall et quelques Gavin, de cette humeur qu'on croirait d'un QotSA fruste et frais, la barbe comme une fleur au vent.
Mais bientôt bon sang ne sut mentir, et on le retrouve à tracer benoîtement perdu dans le vaste vert, gelé de rosée, à se grattouiller distraitement l'âme d'un doigt terreux, à caresser la brume qui l'entoure telle un chien fidèle, à humer le matin qui lui souffle des rataillons de mélodies et lui met sa douce rouille au cœur. Incorrigible rêveur.

3 commentaires:

Potters field a dit…

il y a pas à dire mon salaud, tu sais trouver les mots pour donner envie.

gégé a dit…

les détails triviaux sur le disque seront sur la seconde chro qui devrait arriver sur slow end d'ici ce weekend

gégé a dit…

elle est en ligne ; checke aussi celle de Mala Suerte, qui pourrait t'intéresser