samedi 17 octobre 2009

Lingouf : Ange et Gruikk


C'est l'histoire d'une free dans un grand manoir baroque, Eyes Wide Shut style en mieux, dans certaines pièces y a même des cascades et des arcs-en-ciel de nuit gazouillants, grand raffinement, luxueux, vraiment, chapeau ; mais peu à peu tu saisis le twist, et pourquoi la musique est si diaphane et liquide, le beat si mol et dolent, pourquoi tous ces danseurs qui ne s'aperçoivent pas réellement de la présence les uns des autres comme dans toute free, vont jusqu'à régulièrement se passer au travers les uns des autres dans leurs divagations, sans en être le moindrement perturbés de leur lente contorsion, pourquoi tout flotte ici dans l'air glacé et l'indifférence, avec de sirupeux grincements et des scintillements d'os ...
Tu vois des dead people, mon petit pote. Tu es tout seul, ici, et les caresses subtiles et angéliques, ce sont les toiles d'araignées ; ou peut-être autre chose.

Aucun commentaire: