mardi 6 octobre 2009

The Ruins of Beverast : foulest semen of a sheltered elite


Steeeeeeeeeiiiiiiiiiiiiiiiiiiin um Stein,
Maue Ich dich ein.

Ainsi chantait Till L.
Ainsi faisait le golem agonisant ; avec infinie délicatesse, et le souffle rauque de sa minérale tendresse ; et un solennel harassement.
Avec des pierres de cathédrale.

1 commentaire:

Ø a dit…

Les anciens étaint sympa sans trop non plus être "transcendantaux" mais celui ci est vraiment une petite tuerie, les atmosphères sont énormes