samedi 28 novembre 2009

Paradise Lost : In Requiem


L'album qui me donne l'impression d'à nouveau écouter PL pour la premièreuh fois, ma petite fleur intacte devant ce tronc d'arbre d'une laideur et d'une vulgarité ... fascinantes. Holmes, le creuseur de tunnels, a bûché son Gahan, et lui emprunte cette fois des passages plus fugaces, plus subtils, et c'est fort bien, mais pour la peine il relâche sa vigilance et son Hetfield, qui donne en spectacle les dehors les plus vils de la filiation. Les chansons sont mielleuses comme le point commun entre A Perfect Circle et Audioslave, une fois écarté le gnôme de la Lune touché de psychose oniroïde, et ressemblent tout à fait à Colin Farrell au taquet en soirée goth. Navrant, envahissant, ultra relou, et étrangement touchant - quelque part. Si on aime chercher ...

Aucun commentaire: