lundi 2 novembre 2009

Two Lone Swordsmen : Wrong Meeting II


Sur les docks un drôle de type efflanqué, l'élégance tranquille d'un vieux cowboy, un drôle de sourire flottant au coin des lèvres, flâne la nuit. Certaines fois, avec des yeux placides de vieux chat, il vous racontera comme il a fait visiter les bas quartiers à des Mark Sandman, des Trent Reznor, des Black Francis, des Bernard Sumner, ou d'autres endimanchés, et il les refait avec une telle narquoiserie qu'on y croirait presque.
Mais d'autres fois, il vous expliquera peut-être que la cold wave, c'est un truc funky, cool, séducteur, voyou, et limpide et puissant aussi et salin, et venteux, ça ouais, pour sûr - et vous vous demanderez s'il parle à l'eau noire qui lèche les quais de la Tamise, ou à la flasque de scotch pâle et hors de prix qui lui dépasse lascive de la poche, ou s'il l'invite pour une danse - et vous vous sentirez tout loin et ballot.

1 commentaire:

rvn a dit…

mais c'est qu'il donnerait presque envie, le papy !