jeudi 10 décembre 2009

Anathema : The Silent Enigma

Un blog où l'on rote des haikus pour témoigner de ses chocs esthétiques se doit-il pas de payer aux saisons leur tribut cosmique ? Eh ben ça tombe bien comme dirait Bruno Carette, j'ai choisi cette année (avec, disons-le, un peu d'aide d'un Apache) pour me mettre à Katatonia, Paradise Lost (vous avez remarqué ?) - et Anathema.
Du temps que j'étais goth - plus exactement, du temps que toute la rue le savait - on a assisté au débarquement des métalleux en nos délicats territoires du bon goût. On n'aimait pas bien ça, vous imaginez, mais que voulez-vous : c'étaient des Temps Draconiens, et puis les chevelus bien bâtis au verbe tonitruant ne demandaient pas tant notre avis, pour venir tels Grutle siffler notre rosé moelleux et nos femelles résillées, aux barbes qu'hâves nous n'avions pas, pouf pouf - bref, tout ce répandage : pour quoi ?
Vous dire que si toi aussi tu aimes le gothique et déplores son plus redoutable fléau, les gothiques ; si tu aimes le gothique en ce qu'il a d'altier, austère, hivernal, sa sensualité sévère et ses baleines piquetées de rouille ; si tu as toujours été plutôt Phallus Dei que London after Midnight, et Some Girls que Vision Thing, si ton goth has an edge et un sharp avec ça, s'il est maussade et amer plutôt que chiffons et roucoulades, plus soupe-au-lait que soupe-à-la-grimace ... écoute un peu voir la magistrale leçon, la profession de foi goth que cette troupe de chevelus t'avait laissée à découvrir, qui n'attendait qu'un hiver complice et la mousse des ans.
A part Amber Asylum, on fait difficilement plus saturnien.

2 commentaires:

Little-Axe a dit…

"si toi aussi tu aimes le gothique et déplores son plus redoutable fléau, les gothiques" cette phrase restera, je vous le dis. sinon j'entame aussi un régime hivernal et le anathema risque bien de constituer un plat de choix. sinon, bien vu pour le Islay.

gégé a dit…

... que j'ai toujours pas goûté ; mais j'en mettrais ma main, et mon bras (de bébé) avec, au feu, je veux dire, tourbe et iode, c'est tout vu