mardi 29 décembre 2009

Beyond Dawn : Frysh


Si l'on a courte vue, un moment d'absence ou une propension à faire des rapprochements tous azimuts suivez mon regard, on peut penser à Ulver, parce que ex-métalleux passés à l'electro uchronique, nyctalope et tout velours. Mais la pensée intempestive se dissipe bien vite, puisqu'Ulver comme chacun sait fait avant tout de l'avant-fart new-age, et que nulle personne de bon goût ne prendrait ses vacances vers leurs destinations.
Alors que Frysh, c'est un tout autre salami. Une station balnéaire britonne à la classe crépusculaire digne d'Andy Weatherall et de Death in Vegas aussi bien, à la science-fiction flegmatique, mise en swing par Yello, où en toute logique et nonchalance Michael Gira serait venu couler une retraite paisible comme chanteur pour vieilles dames, dans des milk-bars avec des orchestres de sosies d'Angelo Badalamenti qui jouent des standards dance en version muzak, et du LFO lymphatique, et où l'on irait dans le soir tombant écouter le chant des baleines boréales, sur la promenade, en sirotant des piñas coladas.

1 commentaire:

Raven a dit…

j'adore