mardi 22 décembre 2009

Imminent : Cask Strength


Imminent Starvation ... l'entité qui a lancé le signal de départ du marathon éclopé des plagiaires de Dirk Ivens et Esplendor Geometrico, à la fin des 90s, dans la foule desquels il faut avouer qu'il ne se distinguait pas de trop, avant de devenir Imminent et de se mettre au microbeat-nanobombing caustique - hélas, jusqu'alors uniquement pour des morceaux épars. Imminent, que sur cet album longtemps attendu, au moins par bibi, l'on pourrait facilement comparer à une tripotée de ses suiveurs, tant il semble (narquoisement ?) les évoquer chacun leur tour, et ce serait injuste, tant il ressemble avant tout à une seule chose : ce petit son toujours désert, dans tous les teknivals, devant lequel les piétineurs accélèrent le pas, et qui semble péter tout seul une crise d'hystérie empêtrée, à vouloir agglomérer tout ce qui passe à sa confusion concassante ; assurément jamais le plus extrême du grand souk au tachymètre ni le plus ostensible au freakomètre, et pourtant toujours beaucoup trop anormal, dans son gros groove contrefait entre Tetris et partie de soule naine, subliminalement impie dans son hostilité - oh, n'attendez pas la bellicosité scientifique froide et candide de Zymosiz, ni de cthulhoïdité ruisselante, ceci est bien plus sournois, et ceci n'est pas direct, efficient ni chirurgical. Ceci est bien plus terrien, si pas terrestre. Ceci est rugueux et à la rue. Ceci est abruti et vous veut abruti. Ni trop mécanoïde ni trop humain, juste assez entre les deux pour basculer sa proie, rendre les cloisons spongieuses et perméables. Je ne trouve jamais personne pour squatter avec moi devant ce son-là, pour venir communier devant ce mur de baffles-là, même au moment le plus mongolien du pélerinage. Trop de fantômes chimiques rôdent dans ces parages, trop de malignité lunatique et gratuite crépite dans ces mécaniques. D'ailleurs on ne sait pas bien si le finale rend hommage au thème de Terminator ou à ce remix de Nine Inch Nails par Aphex twin, là ...

Et maintenant, vous pouvez aller voir maman google et lui demander ce que signifie le titre du disque.

4 commentaires:

Potters field a dit…

hahaha ! pas besoin de google pour savoir ce que signifie cask strength !

gégé a dit…

j'ai hésité à inclure une prédiction de ce commentaire dans la chronique

Potters field a dit…

ben voilà...

Paul Takahashi a dit…

Oh grands dieux, electronica diesel à pistons en V ; c'est plus le marathon mais une turbine à recyclage, ca tabasse en plein soleil, le sourire aux oreilles