jeudi 3 décembre 2009

Liturgy : renihilation


Il est vrai que l'emballage n'a rien ni d'affriolant ni de mémorable. Tout comme la grosse part de l'Hyperion de Dan Simmons. Mais tout comme lui il vaut rien que pour une présence : le gritche. Celui qui chez Simmons n'est qu'une menace rêvée, est ici bien clair, à prendre toute la place et l'horizon.

Je n'en dirai d'autant pas plus qu'une croustifondante plume va incessamment vous venir en entretenir plus approfondiment, hardiment, vigoureusement - a-kof-kof, si jamais d'ailleurs il passe par ici : motus, gamin, et envoie-moi du courrier.

Aucun commentaire: