vendredi 25 décembre 2009

Rude année

Il y en a eu, des bons disques, houla. J'ai la plus grande peine à comprendre ceux qui parviennent à n'en retenir que cinq, voire trois - voire, Jésus, je vais défaillir, un ! Ceci sera donc sans doute un peu ridicule pour certains, mais je suis vorace. Ceci sera sans doute pas très beau non plus, mais je vais pas m'amuser à prétendre proclamer ce qui aura été important pour la Musique - surtout que je m'en cague, en plus. Pas même des disques timides que je veux pousser sur le devant, ou des revendications d'hétéroclitorisme. Juste mes disques à moi, en tout soumjectivité, si vous n'êtes pas heureux ici je ne vois pas ce qui vous retient. Pas de podium sportif, non - et encore, il y aura des laissés pour compte. Mais une Table Ronde de l'Amour, quand bien même finalement Rammstein n'y figurera qu'en esprit et non en silicium.
Un petit troupeau de disques qui ont été pour moi une famille vibrante, qui m'ont comme de juste fait autant de mal que de bien. Et comme 10 est un chiffre moche - ça fait rond ? ça fait carré, oui ! - qui ne sonne ni n'a de sens, ils seront donc douze (quoi, ne me dites pas que vous n'avez pas le vôtre, de Jesus complex ?). Un pour chaque mois d'une riche année, douze salopards qui sûrement ne resteront pas tous dans l'Histoire, que dans mon petit crâne, où ils ont résonné en grand. Et que je vous conseille tout de même gentiment de ne pas louper.
A prendre évidemment sans ordre :




1 : parce que je suis un hippie
2 : parce que le meilleur album du seul groupe capable de me faire sentir une émotion en descente de ké
3 : parce qu'écoutez-le un jour matin et vous saurez de quelle chose on parle
4 : parce que la descente n'est pas un à-côté ennuyeux
5 : parce que le post-hardcore est toujours cette musique qui met une vigoureuse tarte en plein sur l'oreille et fait se sentir bien vivant à coups d'odeurs de mort
6 : parce qu'a drug problem that never existed
7 : parce qu'il me ferait faire du deltaplane, ce con !
8 : it's a spiritual thing, a body thing
9 : parce qu'un album qui me re-rend le dark ambient sexy, c'est pas rien
10 : parce que je suis un aristo
11 : parce que je suis un animal
12 : parce que je suis une ordure gothique qui aime ramper aux murs de la salle de bain

Et dites vous bien qu'y aurait pas à me secouer beaucoup la hotte pour qu'il en tombe rapidement la demie-douzaine de recalés de justesse, si y en a des qui ont pas l'estomac complètement barbouillé.
Tas de moules.

4 commentaires:

Liria a dit…

Quelle nausée !

Fifre a dit…

Te fais pas prier, va. On veut la suite.

Innamoratus a dit…

moi je secoue la hotte... *secoue, secoue*. balance les apôtres bonux !

gulo gulo a dit…

ho ho ho ...